Règles d'or

L’établissement d’un code d’éthique ou règles d’or a pour objectif de maximiser l’efficacité de la vie de groupe et minimiser les difficultés possibles que pourrait rencontrer le groupe.

À partir des expériences antérieures des projets Amistad, les participants en sont arrivés à définir, au fil des ans, des règles de fonctionnement.

Ces règles, actuellement connues sous le nom de Règles d’or des projets Amistad, deviennent le  code d’éthique des participants aux projets. Elles sont le résultat d’une recherche d’équilibre entre une organisation rigide où l’importance est mise sur des lois et des sanctions ET une organisation nonchalante caractérisée par la négligence généralisée.

Les Québécois, pour la majorité, qui participent aux projets Amistad, représentent pendant leur séjour dans le pays hôte, la seule référence culturelle à laquelle chacun peut s’identifier pour partager ses moments de bonheur, de difficultés et/ou de dépaysement.

Il est donc primordial de créer, au sein des projets, les conditions qui permettent à chacun de manifester ses sentiments ou opinions personnelles, tout en lui fournissant des outils de référence visant l’atteinte du consensus pour la réussite du séjour.

Les Règles d’or des projets Amistad sont le résultat d’une compilation de tous les moyens et mesures qui ont été adoptés depuis le début des projets en 1978, afin de faire un succès d’une expérience de solidarité.

RÈGLE  D’OR  no  1

Se reconnaître comme membre participant à un projet et membre d’une organisation de solidarité et de coopération internationale

  1. Connaître, reconnaître et adhérer aux objectifs de CASIRA;
  2. Connaître, reconnaître et adhérer aux objectifs de l’organisation autochtone ou ONG qui nous reçoit;
  3. Connaître, reconnaître et adhérer aux Règles d’or de CASIRA;
  4. Être des ambassadeurs de CASIRA et de notre société;
  5. Ne pas étaler ses richesses.

RÈGLE  D’OR  no  2

Préserver l’intégrité, la cohésion et l’unité parmi le groupe de participants

(le mot  ¨groupe¨ est utilisé pour décrire les participants qui vivent ensemble un séjour de solidarité)

  1. Le groupe de participants passe avant l’individu;
  2. L’individu doit respecter la volonté collective du groupe de participants;
  3. L’individu doit se rallier à la volonté du groupe de participants et rechercher  le consensus;
  4. Les décisions doivent avant tout avantager le groupe de participants;
  5. Accepter les différences chez les individus qui composent le groupe de participants;
  6. Exprimer librement ses opinions, laisser l’autre exprimer les siennes et respecter mutuellement nos divergences d’opinions (éviter les explosions);
  7. Favoriser et maintenir un haut niveau de communication;
  8. Être honnête dans ses relations avec chacun des membres du groupe de participants;
  9. Éviter la formation de sous-groupes qui, très souvent, nuisent à la santé générale du groupe de participants;
  10. S’entraider (travail, langue, mesures d’hygiène);
  11. Le bien-être individuel est directement relié à celui du groupe de participants;
  12. Le mode de fonctionnement doit, en tout temps, viser la responsabilisation individuelle;
  13. La répartition des tâches doit se faire équitablement entre tous les membres du groupe de participants;
  14. Observer les directives des personnes responsables du séjour dans le pays hôte;
  15. Ne pas étaler ses richesses.

RÈGLE  D’OR  no  3

Compte tenu de la nature transitoire du séjour à l’étranger, pour parer à des situations qui peuvent s’avérer insupportables pour certains participants (phobies, difficultés physiques comme, par exemple, accéder à un lit superposé), les bénévoles sont priés de noter que LEUR TERRITOIRE n’est pas immuable et qu’ils risquent d’être changés de place, au besoin.

À la casa (résidence)

  1. Respecter l’heure du couvre-feu : le couvre-feu est instauré  dans le but de permettre aux gens qui veulent dormir de le faire paisiblement.  Plus le couvre-feu est respecté, plus les gens sont de bonne humeur;
  2. Éviter le bruit dans les dortoirs; 
    Note : Le ronflement est considéré comme un bruit involontaire; les personnes qui ne peuvent le supporter sont priées de se munir de bouchons.
  3. Respecter l’heure du lever;
  4. Interdiction de fumer là où le groupe le déterminera;
  5. Se ramasser et respecter la propreté des lieux;
  6. Les dortoirs et chambres partagées sont pour le repos exclusif des participants et ne sont pas le lieu pour des ébats sexuels, et ce, par respect pour les autres;
  7. Respecter la distribution des tâches et bien les assumer;
  8. S’assurer de trouver un remplaçant pour les tâches à effectuer, si on doit manquer;
  9. Tout le monde, sans exception, doit s’impliquer et participer aux corvées (laver la vaisselle, ramasser le linge sur la corde, etc.).
  10. Les participants doivent faire preuve de ponctualité aux repas;
  11. Suivre scrupuleusement les règles d’hygiène établies dans la préparation des repas et le nettoyage de la vaisselle et du matériel utilisé;
  12. Avant de se servir, vérifier la quantité de nourriture disponible pour une répartition équitable;
  13. Respecter la façon de cuisiner des gens du pays hôte lorsque les repas ont été préparés par des gens du pays hôte;
  14. Chaque participant est responsable de ses effets personnels, du lavage de ses vêtements qui s’effectue dans les moments libres et voit à les tenir en ordre;
  15. L’utilisation des salles de bain et douches se fait rapidement, surtout dans les périodes achalandées; 
    Note : Il est interdit d’utiliser les douches après le couvre-feu.
  16. Ne pas circuler à l’extérieur, seul, le soir;
  17. Ne pas étaler ses richesses.

RÈGLE  D’OR  no  4

S’engager résolument à travailler et donner son maximum à chaque jour en tenant compte des limites de chacun.

Au chantier

  1. Respecter l’horaire du chantier, les participants sont tenus de fournir 5 jours de travail par semaine (à l’exception des cours d’immersion en langue espagnole);
  2. Si possible, tenter de prendre contact avec les gens du pays hôte;
  3. Écouter les gens du pays hôte, être attentif à leur culture et  la respecter; 
  4. S’adapter à la langue et saluer les gens du pays hôte à l’arrivée et au départ du chantier;
  5. Suivre leurs méthodes et leur rythme de travail;
  6. Respecter les codes vestimentaires des lieux où vous travaillez (les shorts, camisoles décolletées ou le torse nu ne sont pas bien vus). Notez que les vêtements longs permettent souvent d’éviter des blessures mineures et qu’ils font en sorte que vous êtes plus propres à la fin d’une journée au chantier (diminue votre consommation d’eau et affecte moins les autres lors des périodes de difficultés pour l’approvisionnement d’eau pour les douches);
  7. Il est de la responsabilité de chacun de se vêtir et de se munir des vêtements et équipements de sécurité selon les travaux à effectuer;
  8. Il y a des règles de sécurité générales. Utilisez votre logique et  votre « gros bon sens » pour des travaux précis dans le but d’augmenter le niveau de sécurité de l’ensemble du groupe;
  9. Éviter les jugements, car chacun travaille à son rythme et selon ses capacités; Note : Même si on ne se sent pas très bien, on peut faire un p’tit quelque chose et on tente de le faire.
  10. Informer la personne responsable du chantier si on s’absente ou si on prévoit un retard;
  11. Le travail au chantier ou dans un des chantiers est obligatoire sauf si un participant a une activité parallèle qui bénéficie au groupe ou au projet;
  12. Des changements d’horaires ou de tâches peuvent survenir sur les chantiers : les accepter;
  13. Accepter d’effectuer une rotation des tâches afin que chacun fasse un peu de tout;
  14. S’abstenir de se plaindre pour un rien et continuellement;
  15. Chacun est responsable d’apporter sa provision d’eau et ce dont il a besoin pour la journée au chantier;
  16. Ne pas étaler ses richesses.

RÈGLE  D’OR  no  5

Pour notre vie de groupe et notre éducation

  1. Tenir des réunions régulières (rencontre de routine chaque jour si nécessaire et réunion formelle hebdomadaire);
  2. Se faire un devoir d’assister à chacune des rencontres et en profiter au maximum;
  3. En tout temps, respecter les consignes de sécurité et le rythme de chacun au travail;
  4. Être autonome et éviter d’abuser des aptitudes des autres;
  5. Être discipliné pour pouvoir affronter les problèmes lorsqu’ils se présentent;
  6. Tirer le meilleur parti des pires situations;
  7. Si l’on invite une personne du pays hôte à nous accompagner (au restaurant ou ailleurs), la coutume veut que l’on s’engage à payer pour elle;
  8. Régler les conflits ou frictions au fur et à mesure et surtout ne pas attendre que la situation dégénère;
  9. Respecter l’intimité des autres;
  10. Si on identifie un problème ou un mécontentement, se sentir à l’aise d’en parler avec les responsables du projet;
  11. Accomplir ses responsabilités comme étant des responsabilités de service et non de pouvoir;
  12. Garder une attitude humble face aux autres;
  13. Chercher des solutions de groupe : viser l’atteinte du consensus;
  14. Toute critique doit nécessairement être accompagnée d’un élément de solution;
  15. Faire circuler librement l’information;
  16. Spécialement lors des sorties culturelles de fins de semaine: être ponctuel (départs très tôt),  être patient (longues distances et promiscuité), être planifié (entre autres, limiter les bagages), être prudent (respecter les consignes de sécurité données par les responsables, éviter le port de bijoux), être respectueux (demander avant de photographier les gens et accepter gentiment les refus), ne pas marchander de façon abusive.  (Dans les commerces équitables, on ne marchande pas.)
  17. ÉVITER LES ABUS D’ALCOOL ET DE LANGAGE;
  18. Démontrer une attitude responsable devant l’éventualité de développer des liens amoureux avec les gens du pays hôte ou les bénévoles québécois;
  19. Ne pas étaler ses richesses.

Résolution de problèmes

VOIR

Regarder la situation et bien identifier le problème.

JUGER

Discuter en groupe et prendre une décision en se référant toujours aux Règles d’or des projets Amistad.

AGIR

Appliquer la décision du groupe pour régler le problème, en évitant de faire subir à tout le groupe les problèmes qui peuvent survenir entre individus.

UTILISER SON GROS BON SENS

AVOIR CONSTAMMENT À L’ESPRIT QUE L’ON VIT UNE EXPÉRIENCE UNIQUE ET PRIVILÉGIÉE, D’UNE DURÉE LIMITÉE