Foire aux questions

 

 Pourquoi je paie une contribution pour versement en ligne?

CASIRA utilise la plateforme sécurisée Paypal pour les transactions électroniques. Les services de Paypal ne sont pas gratuits et des frais sont facturés à CASIRA pour avoir accès au site sécurisé.

Les frais de transaction sont de 3.2% du montant donné + 0.30$.

CASIRA demande à ses donateurs d'assumer le 3.2% de frais et l'organisme assume le 0.30$ par transaction.

 

CASIRA nous offre-t-il des reçus de bienfaisance pour les dons versés?

Oui, CASIRA est un organisme de bienfaisance enregistré émettant des reçus pour les dons admissibles de 10$ et plus. Le numéro d’enregistrement de CASIRA est le 13676 4883 RR 0001.

Les reçus de bienfaisance sont

  • valides pour une période de cinq ans, incluant l’année durant laquelle le don a été fait;
  • obligatoirement émis au nom de la personne qui a fait le don, et;
  • échangeables, en partie ou en totalité, entre conjoints.

Les reçus sont émis deux fois par année, soit au 31 décembre (fin d’année civile) et au 30 juin (fin d’année financière de l’organisme).

Pour les dons faits en prévision d’un séjour à l’étranger, CASIRA prend à sa charge ses participants bénévoles et assume tous les frais relatifs à leur séjour de coopération : hébergement, repas, transport et visites culturelles. Étant un organisme de bienfaisance, nous comptons sur la participation financière des bénévoles pour assumer tous ces coûts. Ainsi, vous serez informé(e) des coûts qu’engendre votre séjour de coopération et verserez un montant équivalent, qui fera l’objet d’un reçu de bienfaisance.

Pour votre information, CASIRA offre à ses participants un service de transfert d'argent sécuritaire et avantageux (au niveau des taux de change) pour leur permettre de défrayer les coûts reliés aux visites culturelles et à leurs dépenses personnelles. Par contre, ces sommes ne peuvent être admissibles à un reçu de bienfaisance.

CASIRA assume les coûts des projets de développement à partir des dons des bénévoles eux-mêmes ou des dons provenant d'autres personnes, d’organismes religieux ou autres.

Pour le moment, cette section concerne exclusivement le projet Amistad Guatemala. Pour toute autre question, n’hésitez pas à communiquer avec le bureau de CASIRA.

 

Quels sont les critères d’admissibilité des bénévoles? 

Il n’y a pas de prérequis pour participer aux projets de solidarité avec CASIRA. Vous devez cependant être membre en règle de CASIRA pour être éligible à la sélection. La cotisation annuelle est de 10$ et est valide du 1er juillet au 30 juin de l'année suivante (peu importe le moment du versement).

Vous n’avez pas à parler la langue locale, le(s) responsable(s) de projet sont francophones. Il est à votre avantage de connaître les rudiments de la langue du pays d’accueil pour votre expérience personnelle. Vous pourrez ainsi échanger davantage avec la communauté locale.

Le travail solidaire consiste, comme presque l’ensemble des chantiers soutenus par CASIRA, en du travail manuel venant en aide à une ONG locale qui se dédie à des services communautaires. Les travaux sont à la portée de tous, on y travaille toujours en équipe et les chantiers ne sont pas l’endroit pour offrir des performances. Tous offrent leur apport selon leurs compétences et leurs capacités, ni plus ni moins. C’est avant tout une expérience de cœur.

 

 Comment m'inscrire aux futurs projets?

Visitez la page du projet qui vous intéresse, au bas de celle-ci se trouve un bouton "m'inscrire au projet". En cliquant, vous serez dirigé sur une autre page vous demandant vos informations personnelles. Celles-ci seront transmises au bureau de CASIRA qui procédera à l'ajout de votre nom sur les listes d'attente.

Pour le projet Amistad Guatemala : http://www.casira.org/projets-de-cooperation/amistad-guatemala

Pour le projet Amistad Printemps: http://www.casira.org/projets-de-cooperation/amistad-printemps

Pour les projets associés: http://www.casira.org/formulaires-dinscription-aux-projets/projets-associes

 

Comment savoir si je suis sélectionné(e), à quel moment et pour quelle période?

La sélection des bénévoles se déroule au printemps, suivant l’ordre de priorité de la liste d’attente. Cette liste est formée suivant les dates d’inscription des bénévoles. Plus vous vous êtes inscrit tôt, plus vous occupez une place en haut de la liste d’attente.

CASIRA garde la priorité aux anciens bénévoles qui désirent participer de nouveau au projet Amistad Guatemala.

Lors de la sélection, la personne responsable au bureau de CASIRA réservera vos dates de séjour au projet pour la saison qui suit. Les saisons, au Guatemala, durent de mi-septembre à fin avril de l’année suivante.

Vous devrez choisir des dates de séjour parmi les périodes où il y a de la disponibilité, selon les choix des gens avant vous sur la liste d’attente. Toutes les arrivées et tous les retours se font les lundis.

Le séjour minimum est de quatre semaines. Pour ceux qui désirent vivre l’immersion en espagnol d’une durée d’une semaine, le séjour minimum est de cinq semaines (quatre semaines d’entraide et une semaine d’immersion). Votre participation à la semaine d’immersion est décidée à votre arrivée au Guatemala. L’immersion peut avoir lieu durant n’importe laquelle des semaines où vous êtes au Guatemala, pourvu que votre présence ne soit pas requise sur un des chantiers. Évidemment, le travail d’entraide a priorité sur l’immersion linguistique.

On peut aussi avoir, directement à la résidence principale, une professeure ponctuelle à un taux horaire raisonnable. Ces cours sont donnés en fin d’après-midi ou en soirée et ne vous empêchent donc pas de participer au travail de solidarité pendant une semaine.

Il n’y a pas de nombre maximum de semaines de séjour, vous pourriez demeurer toute la saison si vous les désirez, en autant que la capacité d’accueil le permette.

 

Quelles sont les rencontres offertes avant une participation au projet?

Au mois de mai, CASIRA tient une rencontre d’information exclusivement pour Amistad Guatemala. Cette rencontre s’adresse à tous, mais principalement aux bénévoles sélectionnés durant les mois de mars-avril pour la saison suivante (septembre à avril). Les responsables de projet sont sur place pour en présenter les grandes lignes. Ils répondent à toutes les questions des futurs bénévoles. Cette rencontre est facultative. Les bénévoles sélectionnés seront invités à cette rencontre par courriel ou par courrier postal.

Tous les nouveaux participants doivent obligatoirement suivre une formation prédépart offerte par CASIRA. Cette formation se déroule sur une fin de semaine (du vendredi fin d’après-midi au dimanche début d’après-midi). Il y a six formations offertes de la fin août au début novembre. C’est la même formation offerte à six reprises pour être en mesure de préparer tous les nouveaux bénévoles en petits groupes (entre 20 et 40 personnes).

Lors de la formation, les bénévoles seront sensibilisés à la culture guatémaltèque, au phénomène du choc culturel (autant à l’arrivée au Guatemala qu’au retour au Canada), à la vie communautaire (lors des moments les plus achalandés, il y a jusqu’à une soixantaine de bénévoles qui vivent ensemble, ce qui peut représenter un réel défi pour plusieurs), etc. Ils seront informés des chantiers d’entraide, des conditions d’accueil, du fonctionnement général des différentes résidences, de la sécurité, etc.

Cette fin de semaine de formation est aussi une initiation à la vie communautaire et est l’occasion pour les bénévoles de rencontrer quelques-unes des personnes avec lesquelles on aura à voyager et à expérimenter la vie communautaire pendant le séjour au Guatemala.

Les bénévoles sélectionnés recevront par courriel ou par courrier postal, à la fin du mois de juin, des documents explicatifs qui décriront en détail les futures démarches à suivre. Ils y trouveront, entre autres, la procédure et les indications pour réserver et se rendre au lieu de formation (à Thetford Mines).

Les déjeuners-rencontres sont une excellente occasion de rencontrer des anciens bénévoles de CASIRA. Ces rencontres sont ouvertes à tous. Consultez la section « Activités sociales » pour plus d’information.

 

Comment procéder à la réservation des billets d’avion?

Les bénévoles sélectionnés recevront par courriel ou par courrier postal, à la fin du mois de juin, des documents explicatifs qui décriront en détail les futures démarches à suivre. Ils y trouveront, entre autres, les étapes à suivre pour la réservation de leurs billets d’avion.

Pour donner une idée générale, CASIRA travaille en collaboration avec deux agences de voyages pour  l'organisation du transport aérien de l’ensemble des bénévoles. Ces agences remettent au projet de développement un retour sur les ventes de billets. Pour des raisons administratives (votre billet doit obligatoirement être facturé à CASIRA pour que votre don soit admissible à un reçu de charité) et pour des raisons de logistique au niveau des vols, nous vous demandons de procéder exclusivement avec une des deux agences qui vous seront soumises. Celles-ci sont responsables de communiquer directement au Guatemala, les informations personnelles relatives à votre vol (arrivée et départ), ce qui nous facilite de beaucoup les transferts à l’aéroport.

*Si vous prenez votre billet auprès d’une autre agence ou sur internet, nous n’aurons aucune donnée nous permettant de vous recueillir à votre arrivée à l’aéroport. De plus, la procédure de réservation n’étant pas suivie, CASIRA ne peut garantir un reçu de bienfaisance. Contacter le bureau de CASIRA avant de faire des réservations par d’autres moyens que les deux agences sélectionnées.

 

Quelles sont les exigences concernant mon passeport et le visa d’entrée?

Pour la très grande majorité des destinations, la date d'expiration de votre passeport doit excéder de six mois la date à laquelle vous quitterez le pays hôte.

Le Guatemala ne demande aucun visa d’entrée pour les Canadiens.

Les pays d'Asie et d'Afrique exigent souvent un visa, tout comme le Paraguay et le Brésil. À chacun de faire ses démarches auprès de l'ambassade/consulat. Votre responsable de projet peut certainement vous appuyer avec ces demandes.

Certains pays ne demandent pas de visa, mais charge une taxe ou des frais à l'arrivée ou au départ.

 

Dois-je me prémunir d’une assurance-voyage?

Oui. L’assurance-voyage se divise en trois volets : frais médicaux, annulation et interruption de voyage ainsi que l’assurance bagages.

CASIRA exige de ses participants de souscrire à une assurance pour frais médicaux couvrant la totalité des jours où vous serez l’étranger. Une preuve que vous détenez cette couverture sera demandée lors de la réservation de vos billets d’avion.

L’option annulation et interruption de voyage n’est pas obligatoire et relève de votre propre initiative. Elle est cependant fortement suggérée, puisque c’est vous qui serez directement pénalisé en cas de désistement ou de retour précipité. 

Concernant l’assurance bagages, CASIRA ne la suggère pas spécialement; plusieurs sont déjà couverts par leur assurance-habitation.

 

Sur place, pourrai-je avoir des contacts avec la population locale?

Les énergies sont dirigées vers les chantiers d’aide. C'est donc surtout à travers l'atteinte de cet objectif que les attitudes des participants reflèteront les motivations.

Les contacts possibles sont avec les orphelins (surtout à la période des vacances d'octobre à janvier), avec les religieuses du collège à Palencia, avec les quelques travailleurs guatémaltèques présents sur les chantiers ou par des rencontres provenant d'initiatives personnelles. Les contacts doivent être empreints de respect. Éviter de développer, surtout avec les orphelins, des attitudes inspirées par la pitié ou le favoritisme.  

Quant à l’hébergement en famille, il n’est possible que lors de l’immersion espagnole à Antigua, à quelque 30 km de la résidence principale à Guatemala Ciudad. Le cours d’immersion est pris en charge par une école de langues. Ceux qui vivront l’immersion habiteront dans des familles pendant leur semaine à Antigua.

Sinon, CASIRA, ou les ONG qui vous accueilleront, recevront les bénévoles dans des résidences. Vous occuperez des dortoirs ou petites chambres. À la résidence familiale, quelques chambres sont réservées aux couples, sans pouvoir leur en assurer la disponibilité à leur arrivée.

 

Quelles précautions doivent être prises au niveau de la santé?

Cet aspect du voyage est à l’entière responsabilité du bénévole. Nous avons chacun nos conditions de santé et nos préférences.

Chacun doit consulter la clinique santé-voyage de sa région pour prendre les informations relatives aux précautions. Vous vous ferez demander dans quelles régions vous vous rendrez pendant votre séjour. Il est important de mentionner la région du Péten (au Nord-Est du Guatemala), puisque les recommandations sont différentes étant donné le climat tropical. C’est dans cette région que l’on retrouve la coopérative agricole de Chacalté et le site des pyramides mayas, Tikal. 

Le Guatemala n’exige aucun vaccin à votre arrivée au pays. 

Sur place, vous ne devez boire que de l'eau embouteillée. Les services de santé sont comparables à ceux du Québec. L'équipe de CASIRA offre l'accompagnement dans les démarches. Veuillez apporter avec vous les informations pertinentes concernant votre police d'assurance.

Il y a à la résidence principale, en cas d’urgence, une trousse de premiers soins et de médicaments pour les maux les plus courants (gastro, diarrhée, maux de tête, problèmes de digestion, de constipation, blessures mineures, etc.). 

Les pharmacies guatémaltèques offrent en vente libre les mêmes produits que nous trouvons chez nous.

 

Quoi prévoir dans mes bagages? 

Vous recevrez des précisions à la formation prédépart.

Au Guatemala, il fait, en moyenne, entre 24 et 28°C le jour et 12 à 16°C la nuit. 

En résumé, il faut prévoir des vêtements pour les chantiers : t-shirts, bermudas, pantalons, jeans, souliers fermés (c’est-à-dire espadrilles ou bottes de travail si vous en avez et que vous avez l’espace pour les transporter dans vos valises), couvre-chef, gants de travail et lunettes de sécurité si vous en avez, etc. Quelques vêtements chauds pour les chantiers peuvent être utiles. 

En soirée, c’est plus frais, il est donc bienvenu d’avoir quelques vêtements chauds. 

Les fins de semaine, vous ferez des visites culturelles pour lesquelles il est utile d’avoir les vêtements propres pour temps chaud comme pour temps frais, ainsi qu’un maillot de bain. 

Notez qu’à la résidence principale, il y a des laveuses et des cordes à linge. Le savon à linge est disponible pour tous, vous n’avez pas à en amener avec vous. 

Comme accessoires de toilette et de voyage : savon et shampoing, crème solaire, chasse-moustiques, serviettes et débarbouillettes, médicaments personnels, etc. Pas besoin de moustiquaire.

On retrouve sur les tablettes des grands magasins et des pharmacies guatémaltèques la même chose qu'au Québec, mais à un coût plus élevé.  

Documents et autres à apporter : passeport, chéquier, contact de votre assureur pour frais médicaux et votre numéro de police.

Le voltage et les prises électriques sont les mêmes qu'au Québec. 

Truc intéressant : Par mesure de sécurité, on peut placer la copie de son passeport, des contacts pour l’assurance, etc. dans sa messagerie électronique.

 

Comment contribuer au bon fonctionnement de grands groupes dont je ferai partie?

Tous les détails se trouvent dans la section « Règles d’Or ». C’est un document à lire et relire.

Tout est question d’attitude. La maison est spacieuse et fonctionnelle, mais les arrivées et départs des coopérants commandent des ajustements et réajustements constants. L'important est d'éviter de développer une attitude "d'occupation de territoire". Il faut demeurer flexible en tout temps et avoir en tête que l’on est à l’étranger pour servir les projets de solidarité tout en vivant une expérience communautaire et personnelle enrichissante. 

Les participants seront invités à collaborer aux tâches nécessaires: cuisine, courses, marché, ménage. Ils devront partager: douches, toilettes, appareils de lavage, moyens de communication (téléphones, ordinateurs), etc. 

Tous devront faire preuve de ponctualité, autant pour le travail aux chantiers que lors de visites culturelles. On devra aussi faire preuve de respect lors des repas, dans les aires de repos, et pour l’utilisation des services communs (laveuses, ordinateurs, etc.).

Les résidents à la maison principale se réunissent régulièrement et chacun peut intervenir pour des sujets d'intérêt commun, de vie communautaire, de travail au chantier, pour des comportements à corriger ou pour des aspects positifs à conserver ou à mettre en valeur. La participation de tous à ces réunions est très importante.

De plus, un formulaire d'évaluation vous sera distribué durant votre séjour. Il doit être remis au responsable du projet avant de quitter le Guatemala. Une compilation sera faite et les remarques et considérations seront prises en compte pour l'amélioration du projet de séjour de solidarité.

 

À quoi devrais-je m’attendre concernant les mesures de sécurité? 

Depuis 1999, quelques milliers de bénévoles canadiens ont séjourné dans les projets de CASIRA au Guatemala. Quelques événements qui remettent en cause la sécurité et invitent à la prudence se sont produits. Des précautions sont donc de mise, par exemple: 

Éviter de sortir le soir.

  • Toujours sortir accompagné (en groupe autant que possible).
  • Porter sur soi le minimum d'argent nécessaire et bien le dissimuler.
  • N'utiliser les services de transport public que dans des cas de nécessité et jamais seul.
  • Être très discret dans l'utilisation des appareils électroniques (photo, vidéo, ordinateurs, téléphones ou tablettes intelligentes, etc.).

Des consignes de sécurité seront données à la formation prédépart et répétées à votre arrivée à la résidence principale. Il est de la responsabilité de tous de suivre ces consignes pour l’intérêt et la sécurité de l’ensemble des bénévoles.

 

Comment les chantiers se qualifient en tant que projets de solidarité internationale? 

CASIRA collabore, au Guatemala, avec des organisations non-gouvernementales en construisant ou rénovant des infrastructures communautaires, en appuyant des activités d'éducation, de prévention, de réhabilitation, etc. Il y a aussi d'autres activités liées à la récupération de matériel et à l'accompagnement des enfants. 

Des projets sont élaborés, au fur et à mesure des besoins guatémaltèques et de la possibilité de coopération canadienne. 

Le travail effectué par les Canadiens est d'abord et avant tout lié à la construction et tous peuvent y participer selon leurs aptitudes et leurs capacités.  

La main-d'œuvre bénévole canadienne permet de diminuer les coûts de presque la moitié, libérant ainsi de l'argent pour l'achat de matériel de construction.